40 Millions de Dollars Américains
pour l'Amélioration des Infrastructures d'Irrigation
   

DEDOUBLEMENT
DE PRODUCTION EN 2009

5 composantes


ELEVAGE
A MADAGASCAR

En pleine évolution innovante

Semences améliorées 
Utilisation de fertilisant
Méthode culturale moderne
Equipements modernes
Irrigation bien entretenue

Traçabilité des Bovidés en Transaction
 


 

Cadrage Macroéconomique Notes Politiques
- PNDR - Lettre de Politique du Développement Rural - Lettre de Politique du BVPI - Master Plan MAEP - Lettre de Politique National Foncier - Statégie Nationale sur les Engrais (SNE) - Notes sur les Exportations Agricoles

Textes Juridiques
Agriculture - Elevage - Pêche- Environnement - Législation Foncière - Autres

Les Etablissements de Formation
CFAMA - EASTA - CNEAGR - ESSA - Ecoles Crevettière - Etablissements Privés

Partenaires Nationaux & Regionaux du Secteur
ONG's Etrangères - Institutions Financières

Filières
Rizicultures - Cultures Vivrières - Industrielles -
Cultures Fruitières - Maraîchères - Exportation - Epices - Politiques des Produits Agricoles
Politique des Filières Pêche

Documentations et Bulletins Périodiques
Environnement - Elevages - Pêche - Agricultures - Autres - Bulletins SMIR - Bulletin Mensuel CNA - PPRR - Bulletin CTHA - Bibliothèque et Catalogues


Projet de Développement de la Filière Lait
Un an de Mise en Oeuvre à Madagascar
en Partenariat avec l'USDA

A travers la loi américaine « Food for Progress », Land O’Lakes-International Development Division a été mandatée par le Gouvernement des Etats Unis, par le biais du Département Américain chargé de l’Agriculture ou USDA, pour l’exécution à Madagascar d’une initiative de développement intitulée « Projet de Développement de la Filière Lait » pour une durée de quatre ans. Le projet est mis en œuvre dans le cadre d’un protocole d’accord entre le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche de Madagascar et Land O ‘Lakes  et financé à hauteur de 6,8 millions de $ américain.
Lancé officiellement le 22 Avril 2008, ce projet est actuellement en cours de terminer sa première année d’activités. Lors de l’Atelier de réflexion sur les résultats du Projet de Développement de la Filière Lait en 2008 et plan de travail  2009 qui a eu lieu le 20 Février 2009 à Antananarivo, le nombre de producteurs de lait enregistrés est de 12 000 au niveau des six régions qui constituent les zones d’action du projet à savoir : Amoron’i Mania, Vakinakaratra, Analamanga, Itasy, Bongolava et Haute Matsiatra. Selon le Responsable de Suivi Evaluation du projet Falihery Rabetaliana, 3 000 producteurs de laits ont bénéficié de l’appui du projet durant l’année 2008. En fait, le projet collabore avec  les acteurs de la filière lait, individuels et/ou regroupés au sein de coopératives et associations : producteurs, transformateurs, collecteurs … Les objectifs du projet sont principalement : l’amélioration de l’efficience de la production, l’amélioration de la qualité du lait le long de la filière, et le renforcement du système de commercialisation, des producteurs aux consommateurs…
Si la consommation moyenne de lait par habitant n’est que 5L/Hab/an à Madagascar au début du projet contre 25L/Hab/an au niveau du continent africain, le projet compte faire bénéficier de leur appui 12 000 producteurs, 72 transformateurs, 110 entreprises, coopératives et organisations professionnelles. En matière de consommation, la promotion est projetée de toucher près de 1,8 millions de consommateurs

Source RAKOTOARISOA Emile MAEP
            Jocelyn RAZAFINDRASENDRA MAEP
Date 25/02/ 2009

COMMUNIQUE SUR LA GRIPPE A/ H1N1
ET SUR LA GRIPPE AVIAIRE

DIRECTION GENERALE DE L'ELEVAGE
DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES

Le premier  cas de la grippe A/H1N1 à Madagascar a été confirmé par l’Institut Pasteur de Madagascar chez une petite fille.

Le virus  A/H1N1 diffère des virus connus de la grippe porcine en ce qu’il se propage largement chez les humains sans que les porcs jouent le moindre rôle dans cette propagation,  et en ce qu’il n’a été observé, à ce jour, que dans un seul troupeau de porc au Canada, dans lequel l’infection semblerait avoie été introduite par une personne atteinte d’une affection de type grippal.

Comme cet évènement zoo sanitaire signifiait, à priori, une transmission du virus de l’humain à l’animal, et comme il s’agissait du premier cas  d’une telle transmission, cet évènement  a été signalé à l’ Organisation Internationale  des Epizzoties (OIE) à titre de maladie émergente.

A ce jour, cette nouvelle grippe A/H1N1 n’a été identifiée officiellement chez d’autres porcs dans aucun pays.

Dès que le nouveau virus est apparu chez l’homme au Mexique et aux Etats-Unis, l’OIE a fait une déclaration officielle en précisant clairement que la maladie observée chez l’homme ne devait pas être appelée « grippe porcine
                                                                                 
Source : Rapport du 77è session de l’Office  International des Epizooties (OIE) Mai, 2009.

FICHE TECHNIQUE :
G R I P P E      P O R C I NE

La grippe porcine est une maladie infectieuse très contagieuse, d’origine virale qui affecte les porcs de tout âge. Elle est étroitement liée à la grippe humaine.

Etiologie
La grippe porcine est due à des virus grippaux de type A, virus enveloppés à ARN, appartenant à la sus famille Orthomyxiviridae, au genre  influenzavirus et au sous type H1N1 ou H3N2 le plus souvent.

Les virus isolés du porc et de l’homme ont une origine commune et des échanges de virus  se produisent couramment entre ces deux espèces.

Répartition géographique
La maladie, quel que soit le sous-type en cause, est présente sur tous les continents.

Epidémiologie

  1. Espèces affectées : le porc
  2. Sources et transmission de l’infection : le virus est excrété dans le milieu extérieur par les malades ou porteurs du virus sous forme d’aérosols, ou dans les sécrétions nasales ou trachéobronchiques. Le virus peut aussi être transmis de façon indirecte par les véhicules, le lisier…

Tableau clinique

  1. Durée d’incubation : 24 à 48 heures
  2. Symptômes : hyperthermie importante (41°C), anorexie  brutale et prostration, apparition de difficultés respiratoires laissant place à une toux sèche, profonde et quinteuse et un jetage abondant
  3. Guérison : en 6 ou 7 jours

Diagnostic expérimental

  1. Mise en évidence de l’agent pathogène par la réaction d’hémagglutination ou des techniques d’immunofluorescence
  2. Mise en évidence des anticorps par inhibition de l’ hémagglutination ou par hémolyse radiale

Prophylaxie
     Ø Sanitaire : «  Isolement des animaux malades
                           «  Maintien des bonnes conditions d’élevage et d’hygiène
     Ø Médical :   vaccin à virus inactivé

 

 
LES TECHNIQUES DU SRI
Salon International de l’Agriculture de Paris 2010
(SIA 2010)

     

     La Société COMMOD@FRICA, créée il y a deux ans et actuellement basée à Paris propose ses services d’assistance afin d’offrir aux opérateurs malgaches et à leurs produits une présence et une visibilité au prochain Salon International de l’Agriculture de Paris 2010 (SIA 2010).

     En effet, à l’instar du SIA 2009, ladite Société a organisé un Podium « Les milles facettes des agricultures du Monde ». L’objectif de cette manifestation était de mieux faire connaître au large public du SIA les différents produits africains : café Robusta, coton, fruits tropicaux, les bois tropicaux, les huiles…

     COMMOD@AFRICA souhaite voir la présence des pays africains renforcée. La Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal participent depuis plusieurs années au SIA. Compte tenu de la diversité de l’offre des produits agricoles de Madagascar (café, épices, vanille, produits de la mer, litchi…), Madagascar aurait toute sa place au dit Salon.

De plus amples informations sont disponibles à l’adresse suivante :
Anne Guillaume-Gentil
CommodAfrica
12.Avenue de Wagram
75008 Paris
a.guillaume-genti@commodafrica.com
www.commodafrica.com


Source : MAE N° 340 – AE/SG/DAE/SPP2

OFFRE DE BOURSES D'ETUDES ET DE RECHERCHES DU DAAD ALLEMAGNE POUR L'ANNEE 2010-2011

DONATEUR: Gouvernement Allemand / Office Allemande d'Echanges Universitaires (DAAD)

TYPES DE BOURSES:
1-Bourses de recherche pour thésards et jeunes scientifiques:
• Bourses de recherches pour thésards selon le « modèle Sandwich»
• Bourses de recherche dans le cadre des études d'approfondissement en médecine (pas de formation spécialisée)
* Adresse internet : www.daad.de./extrainfo
* Adresse internet : www.daad.de./de/form

2- Bourses de court séjour de recherche pour enseignant du Supérieur et Scientifiques
* Adresse internet: www.daad.de./de/fornl
* Adresse internet : www.daad.de./stipendien

3-Réinvitations d'anciens boursiers du DAAD
* Adresse internet : www.daad.de./stipendien
* Adresse internet : www.daad.de./de/form

4- Bourses pour les Artistes: dont compléments d'informations sur les bourses d'études en Arts plastiques, desing et film et musique
* Adresse internet : www.daad.de./de/form
* Adresse internet : www.daad.de./stipendien

5-Voyages et Stage d'études des groupes d'étudiants étrangers en Allemagne (la bourse n'inclut pas les frais de voyage
* Adresse internet : www.daad.de./stipendien
* Adresse internet : www.daad.de./de/form

6- Postes de Stagiaires pour étudiants étrangers en Sciences Naturelles et de l'Ingénieur ainsi que dans les sciences forestières
* Adresse internet :www.iaeste.org
* Adresse internet : www.daad.de./de/form
DATE LIMITE DU DEPOT DE CANDIDATURE A L'AMBASSADE DE L'ALLEMAGNE: « au plus tard le 15 Octobre 2009 »

N.B:
1-De plus ample information à ces bourses sont disponible aux adresses internet indiquées pour chacune d'elles et les formulaires de candidature sur le site web du DAAD : www.daad.de
2- Une brochure peut être consultée auprès du SP/CONABEX à Ankadifotsy 2° Etage


Source : MES/N°111 /MESupReS/CONABEX/SP

FICHE TECHNIQUE RELATIVE À l'Offre de Bourse DAAD- Année 2010-2011 (PUBLIC POLICY AND GOOD GOVERNANCEE (PPGG) ) En ALLEMAGNE

TYPE DE BOURSE: Etude Post Universitaire
DONATEUR: Gouvernement Allemand - DAAD
NOMBRE DE BOURSE: Non spécifié
DUREE: 06 à 36 Mois au maximum
SPECIALITES: Public Policy and Good Governance ( PPGG)
GOUPE CIBLES:
Futures leaders politiques dans les domaines de : Droit - Economie - Administration, suivant le principe de la bonne gouvernance
CONDITIONS D'ADMISSION:
Justifier de bonnes connaissances de l'anglais (TOEFL 550/217) ou de l'allemand Level II
Etre titulaire de la Licence avec de très bon résultat ou Maîtrise obtenu durant les 6 dernières années
1 - Les candidats doivent envoyer directement leurs dossiers complets au DAAD avant le 31 Août 2009 à l'adresse suivante: public-policy@daad.de et en faire parvenir une copie à l'Ambassade
2 - Le formulaire de candidature est disponible sur le site:www.daad.de.lde/form


Source : MES/N°111 /MESupReS/CONABEX/SP

Plus de 20 000 PME bénéficient
de l'Appui du Projet PROSPERER

Actuellement, plusieurs facteurs entravent l’épanouissement de la promotion des PME en milieu rural. Entre autre, les problèmes de marketing au niveau des producteurs, l’insuffisance en savoir-faire pour rendre leurs produits plus compétitifs, l’incapacité des paysans à la constitution des dossiers de demande de financement…
Les objectifs du projet PROSPERER, financé par le FIDA qui est un organisme d’appui financier au développement rural des Nations Unies, visent la promotion des PME en milieu rural afin qu’ils puissent œuvrer dans le cadre de la réduction de la pauvreté des ruraux , par l’augmentation de leur revenu. De ce fait, 38 Conseillers d’entreprise, issus de 19 Districts au niveau des cinq régions d’intervention du projet PROSPERER : Analamanga, Itasy, Vatovavy Fitovinany, Sofia et Haute Matsiatra, ont été formés à Antananarivo durant deux semaines. Leur formation ont été axée sur la gestion, la prospection de marché et marketing, appui technique et relations… .
Les résultats attendus à cette formation de conseillers d’entreprise consistent à développer une culture entreprenariale au niveau des 20 000 opérateurs de PME cibles du projet sur les cinq régions par l’approche partenariat, en milieu rural. Par ailleurs, le projet compte identifier et prospecter 50 000 PME durant sa première phase.


Source: Jocelyn RAZAFINDRASENDRA MAEP 
Date 27/02/ 2009

Le Processus de Mise en Place
des Centres de Service Agricole

Qu’est que le Centre des Services Agricoles ?
Le Centre de Services Agricoles (CSA) est une structure indépendante de statut d’ONG, à mettre en place dans tous les districts ruraux de Madagascar et pilotée par les acteurs locaux du district pour  servir d’outil technique pour le développement des services agricoles. C’est un programme national en partenariat avec l’Union Européenne et sous l’égide du  Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche
Objectifs principaux
Pallier au déficit de services aux agriculteurs dans le contexte de désengagement de l’Etat, de la décentralisation et de la faiblesse actuelle de l’offre privée
Développer un mécanisme pérenne de mise à disposition des conseils nécessaires aux agriculteurs : techniques, économiques, organisationnels, etc.
Contribuer au développement de la production et de la productivité agricole en devenant un des leviers de la Révolution Verte
Mission
 Mettre en relation les demandes de services des agriculteurs avec les prestataires de services  qui pourront y répondre  tout en incitant l’émergence des réponses locales (opérateur privés, ONG, organisations professionnelles, institutions financières, etc.).
Actions et domaines d’intervention
Les CSA vont intervenir dans les 3 secteurs de production qui sont l’agriculture, l’élevage et la  pêche ; les  domaines d’intervention sont en particulier :
- Les intrants (engrais, semences, produits phytosanitaires, alimentation animale, etc.) et l’équipement matériel
- L’appui conseil (technique, économique, gestion, etc.) incluant la formation
- L’information technico-économique et la diffusion des nouvelles techniques.
- L’objectif est, ainsi,  de doter chaque district rural (107 districts) d’un CSA d’ici 2009 avec la contribution de six (6) Opérateurs d’Appui (AD CITE, AFDI, AIM, EAM, FERT et FEKRITAMA) sélectionnés par le MAEP et l’Union Européenne. Cinquante (50) CSA  ont été mis  en place en 2008 et le processus de mise en place des cinquante sept (57) restants se poursuit et va être finalisé vers le mois de juillet 2009.
Cadrage
Le cadrage de mise place des CSA s’effectue avec l’appui des DRDR et le pilotage de la DVAAOP (Direction de la Vulgarisation Agricole et d’Appui à l’Organisation des Producteurs) via Service d’Appui aux Centres de Services Agricoles sur le plan national. La mise en place institutionnelle des CSA dans six (6) Régions (Amoron’i Mania, Analamanga, Bongolava, Haute Matsiatra, Itasy et Menabe) a été définitivement bouclée en 2008 ; le processus continue pour les seize (16)  Régions restantes  avec les étapes stratégiques requises (activités de sensibilisation, d’animation, d’information,  de constitution des assemblées paysannes, etc.) afin que le concept CSA soit bien comprise par le monde rural.
A titre d’illustration, les  activités menées dans la Région de Betsiboka avec l’appui de la DRDR et la  contribution de l’EAM   va déboucher sur  l’élection partielle  des représentants des paysans prévue le 04 et le 06 mars prochain pour le cas de Maevatanana, chef lieu de la Région. Des actions de consolidation des acquis sont également entreprises pour l’opérationnalisation des CSA déjà installés dans les autres Régions (validation de l’état des lieux du district, formation des membres du Comité de Pilotage, etc.)
Financement
En termes de financement interne, le programme CSA bénéficie du Programme d’investissement public pendant la phase de démarrage. Pour l’année en cours, 4 milliards d’Ariary sont prévus et inscrits dans le budget de l’Etat pour le fonctionnement des CSA. Suivant la décision n°014/2009/MAEP/Mi du 12 février 2009, le MAEP  donne autorisation de versement de la subvention du Gouvernement Malagasy pour les cinquante (50) CSA mis en place  pour un montant total de 2.080 milliards Ariary et ce, par respect de la  politique et des  principes de  la décentralisation budgétaire (budget géré au niveau des Régions).
Le déblocage du financement  concrétise la volonté et l’engagement du Gouvernement sur le programme CSA et fait partie intégrante des axes stratégiques des défis de la révolution verte, engagement n°4 du MAP. Toutefois, le dispositif CSA est appelé pour être soutenu par le FDA (Fonds de Développement Agricole) prévu par le MAP en tant qu’outil financier pour le  développement des services aux producteurs. Les bailleurs de fonds tels que l’Union Européenne, la Banque Mondiale et  le FIDA sont disposés pour contribuer au financement de la   mise en place  des  FRDA (Fonds Régional du Développement Agricole) dès l’année 2009, une phase préalable pour la mise en place du FDA à l’échelle nationale.


REDACTION : Jocelyn RAZAFINDRASENDRA SCDI/DSI/MAEP
Date 27/02/ 2009

Hetsika Natao Ho Fanakanana ny Fiparitahan'ny
Aretina Fièvre de la Vallée du Rift (FVR)

Ny FVR dia aretin’ny omby, osy, ondry ateraky ny moka izay mety mifindra amin’ny olona.
Hetsika
Mba ho fampafantarana ny mpiompy ireo fepetra tokony ho raisina manoloana ny fitrangan’ny aretina FVR, dia ireto avy ny zavatra efa nataon’ny Direction Générale de l’Elevage (DGE) :
Fanaparitahana eran’ny Faritra 22,  Distrika ary Kaominina ireo afisy maro isan-karazany : izay mamelabelatra :
Ireo toro-marika sy  ireo fepetra  rehetra tokony harahina eo ampikirakirana ireo biby ahiahiana fa tsy salama ka voafaritra ao amin’ireo afisy ireo ny fepetra tokony ho raisin’ny mpikarakira hena , ny mpamono biby sy ireo mpanampy azy eny amin’ny abatoara ;
Ho fampafantarana ny fitrangan’ny aretina FVR an’ny mpiompy;
Misy koa ireo boky taridalana natokana ho an’ny teknisiana mikasika ny FVR ;
Misy koa ny  fanentanana amin’ny alalan’ny radio nasionaly nanomboka tamin’ny   volana desambra 08 ;
Tao koa ny famatsiana ara-pitaovam-piarovana an’ireo mpamono sy mpikirakira hena eny anivon’ny abatoara sasatsany 
Vokatra
Raha maro ny omby matin’ny FVR tamin’ny taona 2008, ary nanahirana ny fifehezana azy tamin’izany fotoana izany, dia marihina  fa tsy dia nananosarotra loatra ny fifehezana ny aretina tamin’ity taona ity noho ireo fampafantarana sy ny fanentanana ny mpiompy  lasa mialohan’ ny fitrangan’ny aretina .
Ny zavatra tsapa dia mandray andraikitra sy miara-miasa tsy amim-pisalasalana
amin’ireo teknisian’ny fiompiana ireo mpiompy amin’ny fandefasana ireo tatitra na tranga-javatra miseho eny anivon’ny tontolo ambanivohitra
Hita fa mihena dia mihena ny taham-pahafatesan’ny biby fiompy  tamin’ity taona ity .
Hafatra
Koa amporosihina ny tsirairay mba hanaraka antsakany sy andavany ireo fepetra sy toromarika rehetra voatanisa ao anatin’ireny fanentanana rehetra ireny na antsoratra na ambava.
Source RAKOTOARISOA Emile MAEP
             Jocelyn RAZAFINDRASENDRA MAEP
Date 27/02/ 2009


     
Ministère de l'Agriculture de l'Elevage et de la Pêche - Anosy BP 301 Antananarivo
Contact us at: info@maep.gov.mg

Ministère (261) 20 22 27010 or (261) 20 22 272 27 Fax: (261) 20 22 265 61
Direction des Systèmes d'Information / Service Informatique Tel (261) 20 22 610 02